“Une bonne exposition est une leçon pour le regard”

Citation de Walker Evans à la fin de la rétrospective consacrée à ce photographe au Centre Pompidou (Paris, France, 26/04-14/08/2017) :

“Pour ceux qui le veulent, ou en ont besoin, une bonne exposition est une leçon pour le regard. Et pour ceux qui n’ont besoin de rien, ceux qui sont déjà riches en eux-mêmes, c’est un moment d’excitation et de plaisir visuel. Il devrait être possible d’entendre des grognements, des soupirs, des cris, des rires et des jurons dans la salle d’un musée, précisément là où ils sont habituellement refoulés. Ainsi, dans les expositions classiques, certaines qualités des images peuvent également être refoulées, voire totalement perdues.
J’aimerais m’adresser aux yeux de ceux qui sont capables d’apprécier pleinement la valeur des choses, sans être sujets aux inhibitions liées à la bienséance publique. Je veux dire ici, qu’avec un peu de chance, le vrai sentiment religieux peut parfois être éprouvé même dans une église et qu’il est possible de percevoir l’art ou de le sentir sur la cimaise d’un musée. Ceux d’entre nous qui vivent grâce à leurs yeux – les peintres, les designers, les photographes, ceux qui regardent les filles – seront tout aussi amusés que consternés par cette demi-vérité : « Nous sommes ce que nous voyons » ; et par son corolaire : nos œuvres complètes sont, pour une bonne part, des confessions autobiographiques, impudiques et joviales, mais dissimulées par l’embarras de ce qui ne peut être dit. Pour ceux qui comprennent ce langage, il s’agit bien de cela. Nous ne savons simplement jamais qui se trouve dans notre public. Quand celui-qui-voit surgit pour examiner notre œuvre et qu’il saisit nos métaphores, nous sommes tout simplement pris en flagrant délit. Devrions-nous nous excuser?
Walker Evans – Boston Sunday Globe, 1er août 1971, p. A-61.

Smartify

Smartify est à la peinture ce que Shazam est à la musique : cette application pour téléphone permet, par reconnaissance visuelle, de connaitre le nom d’un tableau – dans un musée, sur une affiche, une carte postale … De plus, l’application donne des informations sur le tableau et sur le peintre.

Smartify is to painting what Shazam is to music : using visual similarity, this telephone app will give you the name of a painting – in a museum, a poster, a post-card … Moreover, it give information on the painting and the artist. 

Defenders

Dans le cadre du Scotiabank photography festival en 2013, Dan Epstein exposait à la IMA gallery* est une série de portraits – photo et vidéo – d’avocats commis d’office. Les vidéos sont diffusées sur deux grandes télévisions sur un mur de la galerie. Ici elles font quasiment office de légendes : chaque avocat explique en quelques minutes son métier à la caméra. Read more

Cara Barer

Cara_Barer_Lilac

Cara Barer est représentée à Toronto par la Bau-xi galerie ; dans la série Transmutations, l’artiste a pris de vieux livres qu’elle a déformés, colorés et photographiés. Ce sujet peut être présenté lors d’une séance sur les objets dans l’art (séquence en cours … à suivre !)  Read more